Accueil

Madagascar est un pays à vocation agricole et le secteur primaire y occupe une place prépondérante : près de 80% de la population active malgache vivent dans les zones rurales et tirent en partie leurs moyens de subsistance des activités agricoles (agriculture, élevage, pêche, forêt). Les exploitations agricoles de petite taille dominent puisque 70% disposent d’une superficie cultivée annuelle de moins de 1,5 ha. L’agriculture constitue également le principal pourvoyeur d’emplois au niveau national, en occupant près de 85% de la population active.

L’agriculture familiale est une forme d’organisation de la production agricole caractérisée par le lien entre famille et unité de production avec une pluralité des activités ; à Madagascar, la très grande majorité des exploitations agricoles sont familiales (près de 99% selon le recensement agricole de 2004/2005).

Les agriculteurs familiaux pratiquent, non seulement l’agriculture, mais aussi l’élevage, la pêche, l’apiculture, la sériciculture, ainsi que parfois d’autres activités génératrices de revenus non agricoles comme l’artisanat et d’autres activités de service. Cette forme d’agriculture assure l’essentiel de la production agricole depuis l’époque de la Royauté jusqu’à nos jours et pourvoit la population malgache en riz et autres aliments de base, mais aussi en viandes et poissons, fruits et légumes. Elle produit également pour l’exportation du girofle, de la vanille, du sucre, du litchi, de l’huile essentielle, du café, etc.

Par ailleurs, les agriculteurs familiaux sont aussi de véritables artisans du paysage, car ils savent organiser les bas-fonds, aménager les collines, valoriser les grandes plaines de savane et gérer les ressources naturelles. Ils ont ainsi un rôle primordial à jouer dans la conservation de la biodiversité agricole mondiale et l’utilisation durable des ressources naturelles du pays.

Cependant, malgré un potentiel productif important, l’apport du secteur primaire (agriculture, élevage, pêche et forêt) au niveau macroéconomique est toujours resté insuffisant, avec une contribution au PIB qui stagne autour de 25% depuis 30 ans. L’agriculture, au sens large, ne parvient pas à subvenir à l’ensemble des besoins alimentaires d’une population croissante, ni à accroître les revenus et freiner la pauvreté en milieu rural. Pour renverser cette situation, l’agriculture familiale devrait être soutenue et se situer au centre des politiques agricoles, environnementales et sociales, ainsi que dans les programmes d’action nationaux.

C’est dans cet objectif que les acteurs de la recherche, de l’enseignement et du développement rural à Madagascar se sont mobilisés pour organiser une semaine d’animations scientifiques et techniques sur le thème « les agricultures familiales : un autre regard pour un développement rural durable ».

Les politiques du Gouvernement de Madagascar ont toujours prôné la sécurité alimentaire et nutritionnelle et la lutte contre la pauvreté, plus particulièrement en milieu rural. La mise en place du Programme Sectoriel Agriculture, Élevage et Pêche (PSAEP/CAADP) et du Plan National de Développement (PND) traduit à présent la volonté politique de mettre en œuvre une stratégie concrète pour la croissance agricole, la sécurité alimentaire et la réduction de la pauvreté. Nous osons donc espérer que les Agricultures Familiales deviennent désormais une solution durable pour stimuler l’économie nationale.

Dr RAKOTOARISOA Jacqueline
Directeur Scientifique du FOFIFA

************************************************

Vous trouverez ici un compte-rendu de la Semaine de l’Agriculture Familiale à Madagascar avec les informations correspondantes, classées par journée:

Pour toute autre information, question, remarque ou suggestion, vous pouvez nous contacter à l’adresse aiafmada@gmail.com.

Vous souhaitant bonne lecture,

L’équipe AIAF Madagascar